Le Chemin de Fer de la Baie de Somme – septembre 2008

Une activité à ne pas manquer lors de votre passage en Baie de Somme, est une balade dans un train à vapeur, superbement restauré, du Chemin de Fer de la Baie de Somme.

_new

 

Le moment le plus propice pour le photographe est la manoeuvre à Noyelles-sur-Mer.  Là, il nous est loisible de descendre du train et d’approcher les monstres d’acier.

_new

 

Zola, vous vous souvenez ?  La bête humaine…  c’est celui-ci ?

 

A Noyelles-sur-Mer, les convois changent de direction et les locomotives changent de rame.

_new

 

 

_new

 

Pendant ce temps, les manoeuvres continuent.

 

_new

 

Les gestes ancestraux reviennent…

 

_new

 

… et l’année 1889 nous semble si lointaine !

 

_new

 

Les chevaux (vapeur) piaffent d’impatience.

 

_new

 

Le poste de commande, si simple et pourtant si puissant, attend son machiniste…

 

_new

 

Des bruits de fuite de vapeur, des sifflements, agressent nos tympans.  Les bêtes rugissantes veulent à nouveau s’élancer sur leur ruban de métal, à l’assaut de la baie.


 

_new

 

 


 

 

 

_new

 

C’est lui ?   quoi qui ?  Le héros de Zola !

 

_new

 

Ou lui ?

 

_new

 

 

_new

 

 

_new

 

 

_new

 

La baie de Somme telle qu’elle se dévoile aux voyageurs féroviaires.

 

_new

 

 

_new

 

 J‘espère que ce court voyage vous à plu…  n’hésitez pas à venir passer quelques jours en baie de Somme, il y a plein de chose à faire, à voir…

 

+++

_new

Saint-valery-sur-Somme – Musée Picarvie – septembre 2008

Véritable retour dans le passé, le musée « Picarvie » reconstitue en quelque scènes, le passé et l’histoire des activités villageoises.  Le commentaire des guides est savoureux et intéressant.

_new

 

_new

L’école, même le bonnet de « baudet » serait authentique !

_new

 

 

La forge.

_new

 

L’atelier du charron.

_new

  Celui du tonnelier.

_new

Le bourrelier.

_new

**

Incontournable dans la région picarde, qui va du Tournaisis à la Somme, l’estaminet.  Celui-ci porte un nom original.  Le trouveras-tu ?   En haut de la photo…

_new

 

 

0-20-100-0 = « Au vin sans eau »… avis aux amateurs.

_new

 

 

 

Tiens !  Un facteur, dans un estaminet… ça ne te rapelle rien ?

_new

 

Voici trois pesonnages (masculins) typiques de l’histoire picarde.  Le musicien, au fond, racontait des histoires, il était conteur.  Devant lui, ces deux gaillards fringants sont l’un chasseur, l’autre pêcheur.  Dans le coin, on dit : « In conteu, in casseu et in pêkeu, cha fait trois minteux ! ». (orthographe incertaine)

 

_new

 

 

 

 

 

Ici, c’est le travail du lin qui est évoqué.  Cette machine servait à casser la paille de lin pour faire tomber l’enveloppe et ne conserver que la fibre.  Il faut voir cette région, ainsi que le pays de Caux, en Normandie, au mois de juin, quand le lin est en fleurs, ces champs habillés de bleu clair, que les vents agittent.  Il sont semblables à la mer.

Voici une photo de nos vacances 2006. NB : pour obtenir cette photo, il faut se lever tôt car les pétales du lin tombrent aux premiers rayons de soleil.

_new

 

 

 

 

Voici l’atelier de filature et de tissage.

_new

 

 

Celui de la couturière.

_new

 

 

Petite anecdote contée par notre guide : quelle est l’histoire de ce pompon rouge qui orne le béret des matelots français ?

L’Impératrice Eugènie était en visite, le 9 Août 1858, sur un navire au port de Brest. Un Matelot, très grand sans doute, en se mettant au garde à vous à son passage se heurta violemment le sommet du crâne au plafond de la coursive. Il saignait et l’Impératrice lui offrit son mouchoir en guise de pansement. Ce mouchoir taché de sang , placé sur sa tête, devint alors, en souvenir de son geste, le pompon rouge du béret de Marin. Il est sensé amortir les chocs à la tête des marins qui se déplacent dans les navires car les plafonds sont très bas.  Grande, petite histoire ou légende, les avis sont partagés.

_new

 

 

 

Quelques ustensiles de la ferme.

_new

 

Et après ces dures journées de labeur, qui leur reprocherait leur soirée au coin du feu ?  Pas de Star Ac’, de Docteur House ou d’experts à Miami, Manhattan ou Saint-Valery… non, le journal pour Monsieur et du ravaudage pour Madame.

Christophe – du 01 au 4/11/2009

Excellent point de chute pour diverses visites.

Dommage le temps « pourri » qui nous a empèché la visite du Marquenterre.

Restos à essayer :

« La Charlotte » au Touquet

« La Pierre Chaude » à Boulogne (dans la cité médiévale) et sa « gainée boulonaise » (plat de poisson excellent).  Accueil ++++ surtout avec petits enfants.

Danielle et Jean-Paul – du 26 au 30/10/2009

Nous avons passé un  excellent séjour dans votre « p’tit bonheur ».

Tant l’agencement que l’équipement nous ont bien facilité la vie (seul le lave-vaisselle ne se vide plus, nous avons du le replacer sur un programme et essuyer la vaisselle à la main car il ne sèche pas).

Nous vous remercions également pour la richesse de la documentation laissée à notre disposition et qui fut à la base de magnifiques promenades et d’excellents repas.

En espérant pouvoir recommencer rapidement une telle expérience, nous vous prions d’agréer nos sincères salutations.

Notre commentaire : effectivement, le lave-vaisselle ne sèche plus (la résistance ne fonctionne pas et je l’ai raccodé sur l’eau chaude pour un lavage correct).  Pour le fait qu’il ne s’était pas vidé, c’est du au blocage du programmateur, l’avancer de quelque crans résoud le problème (indiqué dans le livre d’accueil).

Crécy-en-Ponthieu – Mars 2009

Le 26 août 1346, au début de la guerre de cent ans, les Anglais infligent ici une cuisante défaite à la chevalerie Française.

Edouard III, dans le but de s’emparer de Paris est en campagne.  Après la prise de la Normandie, ses troupes remontent vers le nord dans le but de conquérir Montreuil-sur-Mer, disposant d’une imposante citadelle.

Il attend les troupes de Philippe VI de Valois qui a levé une imposante armée et qui arrive par l’est.

Suite à une confusion d’ordres et de contre-ordres, les troupes du Roi de France se heurtent à une pluie de flèches des archers anglais, et, à l’issue d’une bataille longue et sanglante, Edouard III a le champs libre pour monter jusqu’à Calais et en faire le siège pendant onze mois.  En août 1347, six bourgeois se livrent en otages pour sauver la ville d’une destruction certaine.  (les Bourgeois de Calais que Rodin a immortalisé dans un  de ses plus grands chefs d’oeuvres).

Les photos ci dessous présentent le site de la bataille.

location_vacances_pas-de-calais

location_vacances_pas-de-calais

location_vacances_pas-de-calais

location_vacances_pas-de-calais

location_vacances_pas-de-calais

+++

Saint-Gabriel plage – mars 2009

Le temps calme et ensoleillé en ce début d’après-midi.  J’ai pris cette photo pour illustrer le danger des bancs de sable et des bannes (fosses qui se remplissent rapidement à marée montante et se vident tout aussi vite à marée descendante, générant des courants considérables, parfois mortels pour les imprudents).

location_vacances_pas-de-calais

Lors de vos promenades sur la plage, veillez toujours à vous trouver en avance sur la marée.  quelques minutes de distraction et vous êtes encerclés par la mer.

***

Fort coup de vent à Sainte-Cécile

« Mini-tornade » sur la côte d’Opale

- Une partie de la station de Sainte-Cécile a été balayée par la force des vents. - F3NPDCP -

Une partie de la station de Sainte-Cécile a été balayée par la force des vents.

© F3NPDCP

La nuit de mercredi à jeudi, à Sainte-Cécile, un violent coup de vent a causé des dégâts importants. Sans faire de victimes.

 

La nuit dernière à Sainte-Cécile, une « mini-tornade » aux dires de certains habitants, a causé des dégâts importants mais sans faire de victime.
Le violent coup de vent n’a duré que quelques minutes, très ciblé sur le littoral.

 

Info France 3 – Nord Pas-de-Calais : http://nord-pas-de-calais-picardie.france3.fr/info/nord-pas-de-calais/Mini-tornade-sur-la-côte-d-Opale-58652816.html